dim. Nov 17th, 2019

Deux campements de migrants évacués dans le nord de Paris

Migrants wait to be evacuated by the police and Gendarmerie, in Paris on November 7, 2019. More than thousand migrants and homeless had settled in this area for few months. (Photo by MARTIN BUREAU / AFP)

Migrants wait to be evacuated by the police and Gendarmerie, in Paris on November 7, 2019. More than thousand migrants and homeless had settled in this area for few months. (Photo by MARTIN BUREAU / AFP)

Entre 600 et 1 200 personnes vivant sous des tentes près du boulevard périphérique qui enserre la capitale française ont été emmenées, tôt ce 7 novembre au matin, dans des bus vers des gymnases.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner l’avait annoncé mercredi : « Les campements de migrants dans le nord-est parisien seront évacués d’ici la fin de l’année ». La mise en application n’a pas tardé porte de la Chapelle, dans le nord-est de Paris, à la lisière de la Seine-Saint-Denis. Entre 600 et 1 200 migrants qui vivaient sous des tentes près du périphérique sont toujours en cours d’évacuation.

L’opération, qui mobilise environ 600 agents des préfectures de police et de région, a commencé vers 6h du matin sous une pluie battante. Globalement l’évacuation se déroule dans le calme malgré quelques moments de tension. Les migrants montent dans des bus encadrés par des policiers. Direction quinze gymnases en Île-de-France. Une « mise à l’abri », selon l’expression utilisée par les autorités.

Là deux possibilités : soit la personne est en règle et dans ce cas, elle se verra offrir un hébergement temporaire. C’est le cas par exemple des réfugiés enregistrés qui représentent un cinquième des personnes évacuées. Sinon, si la personne est en situation irrégulière, elle sera reconduite à la frontière. C’est la situation des « dublinés » notamment, ces personnes enregistrées dans un autre pays européen. C’est pour cette raison, par crainte d’expulsion, que de nombreux migrants ont quitté les campements dès mercredi avant l’évacuation.

Une présence policière permanente pour éviter la reformation des camps

Pour éviter que de nouveaux campements se reforment, le préfet de police Didier Lallement a annoncé qu’une présence policière quotidienne serait mise en place dans le quartier. La concrétisation pour lui des mesures gouvernementales sur l’immigration annoncées mercredi, complétées avec le démantèlement des autres campements parisiens dans les prochaines semaines, notamment celui de la porte d’Aubervilliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *