dim. Fév 23rd, 2020

FINANCE DIGITALE : Le cadre réglementaire appelé à s’adapter

Avec la montée en puissance des services financiers digitaux, la préservation de la stabilité du système financier demeure une préoccupation pour le Directeur national de la Bceao pour le Sénégal et celui de la monnaie et du crédit.

L’incursion du numérique dans le paysage financier de l’espace Uemao a entraîné de profondes mutations marquées par l’arrivée d’acteurs non bancaires, notamment les émetteurs de monnaie électronique, les Fintech, le développement de plateformes de paiement électronique et la multiplication des services financiers à distance. Afin de maintenir la stabilité du système financier régional, les autorités monétaires insistent sur la nécessité de veiller à l’évolution de ces changements. C’est d’ailleurs le sens du panel organisé, hier, dans le cadre de la Semaine de l’inclusion financière. Le thème a porté sur «La digitalisation au service de l’inclusion financière : enjeux pour le secteur financier et les Etats membres de l’Uemoa».
Le Directeur national de la Bceao pour le Sénégal, Ahmadou Al Aminou Lô, juge nécessaire d’adapter le cadre réglementaire aux évolutions constantes de l’environnement dans le but de préserver la stabilité du système financier et d’assurer la protection des usagers.
Sur ce même registre, le Directeur de la monnaie et du crédit au ministère des Finances et du Budget, Moussa Touré, estime qu’au moment où le développement du numérique est en plein essor, il est essentiel d’accorder une attention particulière à cette phase de mutation accélérée. Cela, en vue de créer le climat d’une économie ouverte et connectée, avec l’avènement des nouveaux acteurs de la Fintech et des géants d’Internet et du mobile. Ces intervenants d’un genre nouveau, selon M. Touré, ont bouleversé l’écosystème financier ainsi que le mode de fonctionnement habituel des institutions financières, des pouvoirs publics, des entreprises, des organisations et des populations.
A ce titre, soutient le Directeur de la monnaie et du crédit, ces mutations interpellent aussi les régulateurs et les Gouvernements dans leurs missions fondamentales de veiller à la stabilité et à l’intégrité financière, tout en protégeant les déposants. Toutefois, il reconnaît que cette nouvelle économie qui se crée autour des technologies est porteuse de promesses si les risques y associés sont maîtrisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *