lun. Déc 9th, 2019

Serigne Mountakha Mbacké : Leçons et enjeux d’une parole maîtrisée

Le procès du maître coranique tortionnaire de Ndiagne-Mosquée, Serigne Cheikhna Gueye, dit Khadim, s’ouvre aujourd’hui à Louga. Cette affaire défraie la chronique et interpelle nombre de personnalités. D’ailleurs, le Khalife général des mourides se prononcera sur le sujet après le verdict et concertation avec ses pairs guides religieux.

Un mémorandum pour un changement de paradigme

Touché par le traitement réservé à l’affaire des talibés enchaînés, Serigne Mountakha Mbacké qui a déjà réfléchi sur la question, n’attend que la fin du procès pour dire ce qu’il en pense.

Et il s’entretiendra avec les Khalifes généraux pour une position commune. Parce que, c’est un problème national qui sera diligenté avec la célérité qui sied. Et un mémorandum sera déposé sur la table du gouvernement concernant la marche du pays pour un changement de paradigme. Car, dit-il, les musulmans représentent 95% de la population.

Vers la création d’un Conseil supérieur islamique ?

Avec cette rencontre au sommet des Khalifes généraux, le Sénégal va peut-être mettre en place le Conseil supérieur islamique (Csi). Une idée qui avait été lancée en 1959 par des khalifes généraux du pays, avant qu’une structure mort-née ne soit créée en 2008 et présidée par Mourchid Ahmed Iyane Thiam.

Cette structure de Conseil consultatif œuvrerait pour l’unité et la cohésion des musulmans et traitera de toutes les questions liées à l’enseignement et à la compréhension de l’Islam, notamment la modernisation des Daaras et la réactions aux agressions contre l’Islam.

Et pourquoi pas, régler cette polémique soulevée par les cinq premiers Tomes de l’Histoire Générale du Sénégal. Avec ces foyers religieux qui estiment que la commission de Iba Der a omis des faits et œuvres de leurs guides. dans la partie religieuse de cette histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *