lun. Déc 9th, 2019

MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR: Les marchés « louches » de l’ère Abdoulaye Daouda Diallo

Le ministère de l’Intérieur et ses services ne se seront pas illustrés par une passation transparente et orthodoxe des marchés publics durant la gestion de 2017. Les auditeurs de l’autorité de régulation des marchés publics ont répertorié une ribambelle de violations du code des marchés publics durant leurs audits.
En effet, plusieurs marchés ont été émaillés de d’irrégularités  dans leur passation. Par exemple, pour le marché de la Dge relatif au transport du matériel électoral conclu avec les Établissements Galaye Ndiaye, les auditeurs ont flairé  des indices qui poussent «à penser que la procédure est orientée»

Sur plusieurs autres marchés, des similitudes et surtout des incohérences ont été relevées au niveau des dates des documents de passation et laissant penser à des marchés de régularisation
Pour le marché de l’acquisition de matériels informatiques, deux concurrents avaient la même boîte postale. De plus les factures pro forma et les lettres de soumission de ces derniers sont datées le 14/02/2017 avant même l’envoi des lettres d’invitation.

A la Direction  de l’Automatisation des Fichiers (DAF), dans le marché d’acquisition de bacs de rangement et de cartons de conditionnement, un fait a attiré l’attention des auditeurs : le montant des offres de 2 concurrents, sont identiques (14 873 900 FCFA).

Pour la Direction générale de Police nationale, elle a attribué  un marché de fournitures de lits superposés  à Cim et Centre des Artisans en Menuiserie professionnel. Deux entreprises qui ont  bizarrement le même Ninea.

La Direction générale des Élections elle, a exécuté le marché d’acquisition de bulletins de vote et de documents de propagande pour les législatives  avant l’avis de la Dcmp sur le projet de contrat.»

La liste de ces marchés suspicieux est longue. Ce, comme la liste de marchés passés par entente directe.

«Nous avons constaté que les ententes directes, procédures dérogatoires du CMP, sont fréquemment utilisées par le Ministère de l’intérieur et de la sécurité publique. En effet les ententes directes passées en revue durant la gestion 2017 se chiffrent à 8 880 027 956 F CFA. L’urgence impérieuse invoquée dans la plupart des ententes directes n’est pas toujours de mise»,  jugent les auditeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *