lun. Déc 9th, 2019

WhatsApp et « Le Monde Afrique » : une histoire contrainte de se réinventer

Si cette aventure était une fable, sa morale serait qu’un membre des GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) a toujours le dernier mot. Même quand ses décisions le mettent face à ses contradictions…

Entre Le Monde Afrique et WhatsApp, filiale de Facebook, tout avait pourtant bien commencé. Il s’agissait, pour l’équipe Afrique du Monde, de tester une autre manière de s’adresser aux lecteurs et d’entendre, en retour, ce que le lectorat a envie de lire, ses suggestions de reportages ou d’analyses, ses réactions… Le Monde Afrique (15 journalistes à Paris et 25 sur le terrain) avait eu envie d’utiliser la plateforme WhatsApp pour mieux informer des lecteurs peu familiers du Monde mais désireux d’une information de qualité. Pour offrir, aussi, un résumé des faits marquants du jour à ceux qui ne bénéficient pas d’une connexion suffisante pour ouvrir un site intégral.

WhatsApp semblait être la plateforme idéale, accessible à une large audience sur smartphone et jouissant d’une belle notoriété. L’idée avait germé après la publication d’un article sur les villes africaines dont l’audience avait explosé à force d’être partagé dans les groupes de discussion.

40 000 personnes inscrites

En novembre 2018, donc, Le Monde Afrique s’est lancé. Chaque jour, les inscrits ont reçu deux messages donnant accès aux articles, offrant du son ou de la vidéo ; une information qui ne pouvait pas être discutée entre lecteurs mais dont les commentaires pouvaient remonter à l’envoyeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *