jeu. Fév 27th, 2020

Manif et contre manif, arrêté : Qui tabasse qui et qui « tapass » qui ?

« L’arrêté Ousmane Ngom n’est plus en vigueur… ».  Après le Collectif Noo Lank, de jeunes républicains confirment Me Assane Dioma Ndiaye. En effet, 1000 apéristes ont décidé de se rassembler, ce vendredi 20 décembre, à la Place de l’Indépendance, avant de marcher, disent-ils, sur le Palais présidentiel. C’est dire que Ousmane Ngom est frappé de caducité et qu’en voulant exercer leur droit de manifester, pour soutenir leur mentor, ces apéristes flagellent son argument massue contre ses détracteurs. Cocasse non !!!

Arrêté Ousmane Ngom caduc

Pour Me Assane Dioma Ndiaye, l’arrêté Ousmane Ngom a été annulé par la Cour suprême au motif qu’il viole l’article 10 de la Constitution qui garantit la liberté de manifestation. « Quand vous annulez une décision qui fonde la décision annulée, la décision elle-même devient caduque », avait-il déclaré au sujet de la manif de Guy et Cie.

Les apéristes disent non à Ousmane Ngom

Maintenant,  si ces jeunes de la Cojer manifestent près du Palais et devant le Palais, pour « défendre la politique du chef de l’Etat contre les détracteurs du régime », ils sont donc en phase avec le collectif Noo Lank. Et foulent de facto au pied l’arrêté Ousmane Ngom. Contredisent en même temps leurs mentors, le Président Macky Sall et ses souteneurs. Qui défendent bec et ongles l’interdiction de manifester dans le périmètre de Dakar-Plateau.

Et, sans doute, les actions de l’ancien Premier ministre de Me Abdoulaye Wade, Souleymane Ndéné Ndiaye, seront les premières à être chahutées. Lui qui intime l’ordre à son ami, le Président Macky Sall, de ne point reculer, de « rester fort et de mater ces rébellions ».

Buts et objectifs des deux collectifs

Bref, si Noo Lank et les jeunes républicains partagent la même date, la même heure, le même itinéraire et la même destination, il reste que la différence se situera dans les slogans. Si Aliou Sané et Cie veulent la libération de leurs camarades, Guy Marie Sagna et consorts, et la suppression de la hausse du prix de l’électricité, entrée en vigueur, le 1er décembre dernier, Baye Dioum et ses camarades défenseurs de la République dénoncent ce qu’ils appellent les faux politiciens encagoulés. Et sauvegardent des avancées démocratiques significatives engrangées par le Sénégal.

Cette électricité en l’air qui paralyse Dakar-Plateau

Mais cette électricité en l’air qui paralyse Dakar-Plateau risque de baisser d’intensité. Si les rumeurs de liberté provisoire accordée à Guy et Cie s’avèrent. Et si également la baisse annoncée du coût de l’électricité par le Palais, au premier semestre de l’année 2020, ne serait pas de « l’infox ». comme argumente, par ailleurs, le président de SOS consommateurs, Me Masokhna Kane. Qui parle de bulle destinée à calmer la tension, le front social.

Qui vivra verra !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *