mer. Fév 26th, 2020

VIOLENTES MANIFESTATIONS CONTRE LA CONSTRUCTION D’UN QUAI DE PÊCHE A MBOUR : 50 arrestations et plusieurs blessés

Les pêcheurs de Mbour s’opposent fermement à la construction d’un nouveau quai de pêche à côté de l’ancien. Les manifestations qu’ils ont organisées hier ont causé beaucoup de dégâts aux abords des lieux et se sont soldées par des blessures et des arrestations.

Chaude matinée au quartier Téfess de Mbour, à quelques encablures du marché central et du port de pêche de la ville. Les manifestants, désapprouvant le projet de construction d’un quai de pêche, ont investi les différents quartiers aux alentours du port de pêche, causant d’énormes désagréments aux populations et aux usagers. En furie, ils ont brûlé des pneus, des tables en bois, saccagé des bureaux au port de pêche dont le siège de la Mutuelle des pêcheurs. À l’origine des échauffourées, le refus catégorique des pêcheurs de faire place à la construction sur le site d’un deuxième quai de pêche. Ils justifient ce refus par le fait qu’ils utilisent cet espace pour l’amarrage de leurs pirogues.
Toutefois, ils ont signifié qu’ils ne sont pas contre l’implantation d’un quai dans la ville mais refusent qu’il soit érigé sur l’emplacement où ils amarrent leurs pirogues. « Les jeunes ont dit qu’ils ne veulent pas de l’implantation de ce quai sur le site choisi », a renseigné le « doyen » Badou Ndoye qui a été mandaté pour discuter avec les manifestants. Il a fait part de la position de ces derniers de « déplacer le projet parce que cet espace prévu pour accueillir la nouvelle infrastructure sert de zone de sauvetage en cas de dérive ». Une position réaffirmée devant le Ministre des Pêches et de l’Économie maritime qui a fait le déplacement à Mbour pour discuter avec les différents acteurs. Cette rencontre a eu lieu à la Préfecture en présence du Maire de Mbour, El Hadj Fallou Sylla, et du Président du Conseil départemental, Saliou Samb, entre autres autorités. Les manifestations se sont, outre les dégâts matériels, soldées par l’arrestation de plusieurs individus ; on avance le nombre de 50 manifestants mais également plusieurs blessés qui ont été admis au Centre de santé de Téfess. Les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont durement éprouvé les populations qui ont été bombardées de gaz lacrymogènes jusque dans leurs maisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *