dim. Fév 23rd, 2020

Sahel : à quoi vont servir les renforts de « Barkhane » ?

L’opération française de contreterrorisme passe de 4 500 à 5 100 hommes, a annoncé dimanche la ministre des armées, Florence Parly.



Prévu depuis plusieurs semaines par l’état-major, validé dans ses modalités par le président de la République Emmanuel Macron en conseil de défense le 29 janvier, le renforcement en effectifs de l’opération française « Barkhane » au Sahel a été détaillé dimanche 2 février par la ministre des armées, Florence Parly. Ce seront 600 hommes de plus, ce nombre incluant les 220 légionnaires déjà confirmés lors de ses vœux aux armées par le chef de l’Etat. « Il s’agit d’un effort conséquent pour les armées françaises », a souligné le communiqué ministériel.

Nouveau cadre d’intervention des armées

Tous les pays concernés s’inquiètent à juste titre de ce bilan dramatique découlant en partie, et en partie seulement, de l’inadaptation du dispositif militaire en présence. « Les résultats ont été en deçà des attentes », a reconnu le président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, dont le pays, au côté du Mali, risque d’être entraîné vers le fond par cette vague de violences.

Lundi, à Pau, les six présidents sont donc convenus, chacun à leur niveau mais dans une démarche commune, de définir un nouveau cadre d’intervention de leurs armées.

Symbolisant ce changement, il a ainsi été décidé que « ce nouveau cadre prendra la forme et le nom d’une “Coalition pour le Sahel”, rassemblant les pays du G5 Sahel, la France – à travers l’opération “Barkhane” et ses autres formes d’engagement –, les partenaires déjà engagés, ainsi que tous les pays et organisations qui voudront y contribuer ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *