PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES DU SÉNÉGAL : La Bceao table sur un taux de 6,8 % en 2020

Sauf rebondissements, l’économie sénégalaise devrait enregistrer un taux de croissance de 6,8 % en 2020, soit une légère hausse par rapport à 2019, estime la Banque centrale. Le déficit courant devrait également s’améliorer, même s’il reste négatif.

Dans le cadrage de la Banque centrale, en 2020, le taux de croissance du Sénégal devrait se situer à 6,8 % contre 6 % en 2019, a déclaré, hier, Ahmadou Al Aminou Lô après sa rencontre avec les Directeurs généraux des établissements financiers. Le Directeur national de la Bceao lie cette croissance au dynamisme du secteur tertiaire, aux investissements du Gouvernement, etc. Le déficit budgétaire devrait ressortir aux alentours de 3 %. S’agissant du déficit courant qui rend compte des relations économiques du Sénégal avec l’extérieur, il devrait s’améliorer, même s’il reste négatif. Ahmadou Al Aminou Lô a avancé que le Sénégal a besoin de l’épargne internationale pour financer sa balance des paiements. Son déficit est ressorti à 8,4 % en 2019 après 9,4 % en 2018, contre une norme communautaire de 5 %. M. Lô a expliqué ce déficit du compte courant par les importants investissements en cours au Sénégal avec l’importation des biens d’équipements, des produits alimentaires et la facture pétrolière qui continue de grever la balance des biens. D’où la nécessité d’œuvrer, selon lui, à l’autosuffisance alimentaire, notamment en ce qui concerne les céréales.
Toujours en 2020, le ratio de la dette sur le Produit intérieur brut est projeté à 53,5 % contre 53,7 % à fin 2019, pour une norme communautaire de 70 %. S’agissant des crédits à l’économie, elles continuent d’augmenter après un léger repli en 2018 de l’ordre de 5,9 %. « En 2019, nous escomptons une hausse des crédits à l’économie au secteur privé de l’ordre de 8,1 %. Cette hausse devrait se poursuivre en 2020 en atteignant 10,1 %. Nous nous attendons à ce que le système financier continue à financer l’économie », s’est réjoui M. Lô (voir ailleurs). Il a précisé que le niveau de financement de l’économie rapporté au Pib reste l’un des plus élevés en Afrique. « Au Sénégal, nous sommes aux alentours de 33 % », a précisé le Directeur national de la Bceao.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *